La culture corse

De l’histoire, du relief et de l’insularité est née l’identité Corse. Société agro-pastorale réfugiée dans la montagne du fait des invasions, le peuple corse a développé une culture liée à la terre, à la famille et à ses ancêtres, ainsi qu’à la communauté (clan, pieve, village). La religion catholique rythme la vie insulaire (processions, confréries, pèlerinages, fêtes…), l’hymne de la nation corse est un chant religieux dédié à la Vierge Marie : le Diu vi Salvi Regina.

Essentiellement orale, la culture corse s’exprime par le chant et par la langue.

La langue corse à l'origine est une langue romane issue du latin. Elle subit au cours de son histoire l'influence toscane et génoise puis celle du français qui correspond à l’époque moderne. Cohérente dans son ensemble, chaque micro-région a développé un parler particulier, avec des variantes phonétiques ou lexicales, notamment dans les noms concernant la faune, la flore et la vie pastorale. La langue corse est le support de la culture. Vecteur des traditions orales, elle s’exprime dans le chant et le récit : contes merveilleux lors des veillées, berceuses, comptines, chjama è risponde qui sont des joutes verbales improvisées et chantées, jusqu’aux voceru et lamentu accompagnant la mort. Le corse était traditionnellement la langue du quotidien, la langue administrative étant réservée aux puissances dominantes. S’effaçant peu à peu avec la modernité, la langue corse connait un renouveau dans les années 70. Elle est aujourd’hui enseignée dans les écoles, et sa co-officialité avec le français est une revendication forte votée en 2013 par les élus de l’Assemblée de Corse.

Les chants polyphoniques profanes ou sacrés, sont emblématiques de l’identité corse. Loin du folklore, ce sont des chants vivants, témoins privilégiés de la mémoire insulaire et des événements du présent. Les Paghjelle sont à l’origine des chants archaïques, chantés par les bergers dont les textes poétiques évoquent les événements de la vie. Composés de trois voix (la Seconda, le Bassu et la Terza), elles accompagnent les fêtes sociales ou religieuses. Les chants polyphoniques sacrés s’intègrent depuis toujours à la pratique religieuse des corses. Ils ponctuent les fêtes religieuses, les processions et les messes, le plus connu de tous étant le Diu vi Salvi Regina. Le chant en paghjella profane et liturgique de Corse est inscrit depuis 2009 sur la Liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO.